ii
accueil thématiques actualité plan du site contact
  photo flore liens
prive
 

 
> Aménagement
> Articles en Anglais
> Biologie végétale
> Botanique
> Dendrologie
> Dendrométrie
> Divers
> Ecologie
> Etude des stations
> Exploitation
> Jeux
> Législation
> Pédologie
> Sylviculture
> Technologie du bois
 
  :: Regroupement - Chapitre 1 : Le groupement forestier
:: Eaux potables et forêts protégées - The importance of forest protected areas to drinking water
:: Les rémanents d’exploitation
:: Le rôle des administrations locales dans la promotion de la gestion responsable des forêts
:: Déforestation
:: Le chène liège
:: Les Grands Erables
:: IFN-Instruction pour les mesures et observations de terrain des stations foretières
 
 
  > CIRAD
> Zéro Déforestation
> ADIB - Filière Bois Franche-Comté
> Mediaforest.net
> Inventaire Forestier National
 
 
   Technologie du bois
L’emploi du bois d’aulne glutineux


L’aulne glutineux est une essence rare en forêt. Cependant, l’aspect de son bois et ses caractéristiques physiques et mécaniques permettent d’en faire un usage multiple. Ses prix varient beaucoup selon la qualité, l’utilisation à laquelle il est destiné, ainsi que le pays d’où le commerce s’effectue ...

I - PROVENANCES DES AULNES

Le seul à avoir une certaine importance économique en Europe occidentale est l’aulne glutineux, Alnus glutinosa, connu dans une grande partie de la France - surtout méridionale - sous le nom de vergne, verne, ou encore aulne noir.

Les aulnes glutineux sont fréquents en Europe, depuis la Sibérie jusqu’au Caucase et aux régions méridionales (Espagne, Corse). De l’autre côté de la Méditerranée, on le rencontre surtout dans les vallées des régions montagneuses.

Les aulnes glutineux sont présents un peu partout en France en bordure des cours d’eau ou disséminés dans les forêts humides. Ils sont très couramment exploités dans le Nord, dans les pays de la Loire (Sarthe), en Aquitaine (Gironde), en Auvergne (Allier), en région Rhône-Alpes (Savoie, Ardèche), dans le Languedoc-Roussillon (Aude), en Midi-Pyrénées (Ariège, Aveyron, Hautes-Pyrénées), en Provence-Côte d’Azur (Hautes-Alpes).

II - CARACTÉRISTIQUES

a) Aspect du bois

Les aulnes glutineux ont un aubier peu différencié du bois de cœur. Le bois est homogène, sans odeur particulière, sans zone poreuse marquée, de couleur blanche quand il est frais de sciage, fonçant rapidement pour devenir brun-orangé à l’état humide et rose à l’état sec. Le grain est fin et régulier et le bois généreusement de droit fil.

On constate une bonne concentration de pores dans la zone initiale et de tissus fibreux dans la zone finale. Il y a des « faux rayons » visibles à l’œil nu qui donnent sur quartier des mailles identifiables. Les pores sont fins et des taches brunes provenant d’insectes dans le cambium, ou taches médullaires, sont fréquents et caractéristiques du bois d’aulnes. Elles donnent en section radiale des veines parallèles aux fibres. Sa densité varie de 0,44 à 0,66 ; c’est donc un bois léger et tendre.

b) Propriétés physiques et mécaniques

Elles sont plutôt médiocres : résistance aux chocs assez faible, cote de flexion faible. Le bois étant de droit fil, est assez fissile, surtout à l’état sec. Il est peu nerveux, avec une rétractabilité faible à moyenne selon la densité (coefficient de rétractabilité variant de 0,15 à 0,35 % pour une variation de 1 % de la teneur en eau). Il a de bonnes propriétés d’isolant pour ce bois de faible densité.

Durabilité : les autres sont sujets à l’attaque des vrillettes. Risque de coloration, et de bleuissement des grumes et des sciages mal protégés. A l’air libre, le bois s’altère rapidement et réagit mal aux alternances d’humidité et de sécheresse (gerces, fentes). Exposé à l’extérieur, en contact avec le sol et non traité, il est altéré en moins de 4 ans. En revanche, utilisé en intérieur (mobilier) il peut avoir une durée de vie de plusieurs siècles, de même que complètement immergé en eau douce. On cite souvent comme exemple de longévité des aulnes, des pilotis de Venise sur lesquels quelques-uns des plus beaux palais ont été édifiés.

III - LA MISE EN ŒUVRE

Sciage : une lame à denture couchée, ou à crans, adaptée au sciage des bois tendres et mi-durs tels le tilleul, le sapin, l’épicéa, le sapelli, le niangon, le framiré, convient parfaitement. Ainsi, sur une scie à ruban à volants de 130 cm équipée d’une lame avec un pas de denture de 75, un angle d’attaque de 25°, dépouille de 14 ° et d’affûtage de 51°, donnent une qualité de sciage convenable.

Tranchage-déroulage : s’opèrent à froid ou légèrement étuvé.

Séchage à l’air : facile et rapide mais, comme pour le peuplier, bien protéger du soleil et du vent pour éviter des gerces en bout de planches. Séchage artificiel : rapide. A conduire comme pour du tilleul ou du peuplier.

Usinage-corroyage : faible résistance aux outils de coupe. Se rabote et se tourne avec facilité. Risque de fentes sur du bois sec avec des clous et vis de gros diamètres (avant-trous à prévoir).

Finition-vernissage : le grain de l’aulne est assez voisin de celui du tilleul. Polissage et ponçage aisés avec un abrasif à grain fin. Après égrenage, excellent support pour tous types de finition, y compris les laques. Prend bien la teinte. Cependant les faux rayons formant une maillure sur quartiers restent apparents et sont à proscrire pour les imitations en ton noyer ou merisier.

Collage : toutes les colles du commerce conviennent. Prévoir un grammage de colle suffisant et une faible pression de serrage pour les bois de faible densité plus absorbants et plus tendre.

IV - LES USAGES

Ils sont variés, tant en bois d’industrie qu’en bois d’œuvre, bien que certains débouchés aient disparu. Autrefois, l’exploitation des taillis d’aulnes se faisait en coupant à 8 ans les bois dits « de boulange », à 15 ans les bois de feu à usage domestique ou industriel (verreries) et à 25 ans ceux pour les autres emplois (piquets, poteaux, etc...). Bien que tendre et relativement cassant, il convenait comme bois de mine étant durable en atmosphère saturée d’humidité. D’autre part, on raconte que grâce à ses craquements, il avertissait, avec une bonne marge de sécurité, des risques d’éboulement ! Il convient également pour la fabrication de charbon de bois, celui-ci ayant longtemps servi pour entrer dans la composition de la poudre destinée aux cartouches à blanc ou comme produit filtrant. L’écorce d’aulne contenant du tanin et des sels de fer, elle fut longtemps utilisée en chapellerie et en tannerie (Maroc) dans la composition des teintures.

De nos jours, les aulnes de taillis servent surtout comme bois de trituration, en mélange avec d’autres essences, pour les industries papetières et de panneaux de particules.

En bois d’œuvre, « étant donnée la faible durabilité de l’aulne en extérieur - mis à part quelques emplois ponctuels en milieux totalement immergés - il sert surtout pour des emplois dans des lieux abrités.

En France : ébénisterie, tournerie et modelage, jouets, manches d’outils, montants d’échelles, bobines, instruments de musique (pièce de lutherie), baguettes d’encadrement teintées, ameublement, éléments massifs ou replaqués (la loupe d’aulne est très appréciée), brosses, embauchoir de chaussure.

L’aulne est employé dans certains pays de l’Est et la Finlande en tranchage et déroulage pour la fabrication de contreplaqué. Dans la campagne du nord de la France, l’aulne est utilisé pour le bardage de maisons d’habitation, mais aussi de hangars agricoles et de granges : son bois résiste bien aux vapeurs d’ammoniaque dégagées par la litière des animaux. Le bois d’aulnes est également utilisé (spécialement en Allemagne) en placage pour la fabrication de meubles « façon merisier ».

V - LE COMMERCE

1° Organisation du marché du bois d’aulne

On sait que les débouchés de l’aulne les plus rémunérateurs sont l’ébénisterie et la menuiserie d’intérieur, pour lesquels l’aulne est tout indiqué, en raison de ses qualités intrinsèques. Ce créneau exige des grumes de 3 à 6 m, sans nœuds, de bonne rectitude et de circonférence minimum de 120 cm à 1,3 m.

Parallèlement, et c’est, en volume, le marché le plus important, l’aulne se retrouve aussi dans des filières générales et de faible valeur (papier, panneaux, industrie, ...). Localement, des filières spécifiques peuvent aussi exister pour des bois de qualité et de dimensions moyennes (bauchage, petits sciages) . Mais, pour bien valoriser le créneau des bois de haute qualité, qui est aussi celui des feuillus précieux (frêne, érable, merisier, ...), il est fondamental de proposer des lots de gros bois de qualité homogène et de volume suffisant. Cette condition est le plus grand obstacle au marché de l’aulne..

2° Prix de vente en forêt

• Prix pratiqués en Belgique L’information sur les prix n’est pas aisée à récolter car l’aulne se vend rarement en lots et est discrètement valorisé dans des filières commerciales spécialisées. Dans ces conditions, les prix sont généralement fixés par l’acheteur. En fonction du marché de seconde transformation dont celui-ci a connaissance, les prix d’achat en forêt sont différents.

Les bois de moindre qualité sont fortement pénalisés et leurs prix varient de 50 à 160 F/m³ selon les dimensions et la qualité ; le prix du bois de chauffage, dépendant de marchés locaux et surtout du caractère marécageux de la station, varie de 0 à 35 F/stère.

Tableau 1.17. - Prix moyens au m³ sur pied pratiqués actuellement en Belgique pour l’achat de bois de qualité (sciage de première qualité au moins) - période 1990-1997. Catégorie de circonférence (cm) | Prix moyens (F/m³) 90 - 120 | 135 à 200 120 - 150 | 250 à 500 150 - 180 | 500 à 1200

• Prix pratiqués en Allemagne L’Allemagne, en raison de ses surfaces d’aulnaies, possède un marché de l’aulne qui influence les prix pratiqués en Belgique.. Certaines scieries ne produisent que de l’aulne. Les aulnes sont classés en 3 catégories de qualité : A : tranchage, B : sciages d’ébénisterie et de menuiserie, C : industrie et pâte (catégorie contenant la plupart des « aulnes de ruisseau »).

Tableau 1.18. - Prix moyens indicatifs pratiqués en Allemagne, au m³ à route, pour l’achat d’aulne, selon les classes de qualité (grumes de 150 cm de circonférence et plus) - période 1985 - 1995. Classe de qualité | Prix indicatifs (F/m³) A | 15 000 à 25 000 B | 1700 à 4500 C | 1 200 à 3 000

• Potentialités du marché belge Sachant que les plus beaux lots sont achetés par des commerçants ou exploitants allemands, l’aulne wallon possède un potentiel non négligeable. Mais il faut constater la rareté, voire l’inexistence, des lots d’aulnes de qualité. Or, les prix des grumes peuvent varier d’un facteur dix en fonction de la seule qualité du bois (tableau 1.18). Quelques ventes isolées sont toutefois encourageantes, lorsqu’un lot d’aulnes de qualité est proposé. Ainsi pour mieux fixer les idées nous avons isolé 3 exemples de vente (tableau 1.19).

Tableau 1.19. - 3 exemples de vente de lots d’aulne de première qualité (tranchage), entre 1990 et 1997 en Wallonie et en Thiérache française. Cat. de circonf.(cm) | Vol. du lot (m³) | Prix (F/m³) 130/150 | 6 | 6 000 à route 160/200 | 5 | 7 500 sur pied 150/200 | 50 | 20 000 à route

Ces prix que peut espérer le producteur de bois de qualité, sont toutefois sujets à fluctuations. En effet, le marché de l’aulne est plutôt sous la dépendance des volumes de bois en provenance d’Allemagne, d’Autriche et de Slovénie.





Vimont Mathieu

 
© Inforets 2007 - Vimont Mathieu - Tous droits réservés - Site développé avec SPIP hébergé chez Free