ii
accueil thématiques actualité plan du site contact
  photo flore liens
prive
 

 
> Aménagement
> Articles en Anglais
> Biologie végétale
> Botanique
> Dendrologie
> Dendrométrie
> Divers
> Ecologie
> Etude des stations
> Exploitation
> Jeux
> Législation
> Pédologie
> Sylviculture
> Technologie du bois
 
  :: Regroupement - Chapitre 1 : Le groupement forestier
:: Eaux potables et forêts protégées - The importance of forest protected areas to drinking water
:: Les rémanents d’exploitation
:: Le rôle des administrations locales dans la promotion de la gestion responsable des forêts
:: Déforestation
:: Le chène liège
:: Les Grands Erables
:: IFN-Instruction pour les mesures et observations de terrain des stations foretières
 
 
  > Insitut Technologique Forêt Bois-construction Cellulose Ameublement
> WWF
> Institut Géographique National
> Museum National d’Histoire Naturelle
> FOOD AND AGRICULTURE ORGANIZATION
 
 
   Divers
La forêt des Appalaches


Les Appalaches sont une chaîne de montagnes située à l’est de l’Amérique du Nord, entre le Québec et les Etats-Unis, s’étendant sur plus de 2000 Km. La forêt des Appalaches regorge de vies sauvages et de natures luxuriantes. Abritant une faune et une flore exceptionnellement diversifiées, ce paysage forestier a longtemps été façonné par l’activité humaine avant de devenir un parc régional protégé et mis en valeur.

Les Appalaches sont une chaîne de montagnes située à l’est du continent nord américain. A l’origine, aussi haute que l’Himalaya il y a plus d’un milliard d’années (un quart de la vie de la terre), ces montagnes ont progressivement été rongées par l’érosion au court du temps. Certaines portions des montagnes écossaises et scandinaves sont mêmes issues des Appalaches (époque de la Pangée).

(JPG)

Source : Wikipédia

C’est donc progressivement qu’une forêt s’est développée entre les crêtes et les vallées (parfois encore inaccessible) des Appalaches. Une forêt qui abrite aujourd’hui une grande diversité d’espèces végétales et animales. Blaireaux, serpents, salamandres, ours noirs, écureuils volants, crapauds d’Amériques, grenouilles des bois, rouge-gorge bleu, hirondelles noires et autres opossums ont élus domicile dans une forêt qui vit aux rythmes des saisons. Un hiver rude avec des formations nuageuses humides et glaciales où les ours et écureuils hibernent, puis un retour à la douceur avec un printemps pluvieux où les salamandres en profitent notamment pour se reproduire et déposer leurs œufs dans les rivières. L’été voit aussi arriver les ouragans où les précipitations peuvent aller jusqu’à 25cm par jour. La forêt des Appalaches est ainsi considérée comme une forêt à la fois tropicale et tempérée.

(JPG)

Source : Wikipédia

Avec le retour de températures plus agréables, c’est toute une verdure qui réapparaît. Tant que le couvert n’est pas totalement occupé, les rayons du soleil viennent réchauffer le sol et on voit alors s’installer un étonnant tapis de fleur. Une multitude d’espèces dont beaucoup aux vertus médicinales. Plus de 200 médicaments sont en effet élaborés à partir des plantes des Appalaches. Et il ne faut pas oublier de préciser que l’on compte plus d’espèces d’arbres dans les Appalaches que dans toute l’Europe entière. On dénombre également de nombreuses clairières aménagées par les indiens Cherokee pour faciliter la pousse d’herbe et la chasse.

L’histoire de la forêt des Appalaches est aussi liée à celle des hommes, et plus particulièrement celle des Cherokee. Ils ont en effet été les premiers à s’installer au cœur de la forêt il y a plusieurs siècles, et à y vivre en harmonie avec la nature. Aménageant des champs le long des rivières, se nourrissant de cueillette et de chasse, et se guérissant des plantes aux vertus médicinales, ils ont fait de la forêt un lieu sacré pour leur peuple.

En 1738, la variole décime les Cherokee (20 000 morts). C’est le début d’une longue et douloureuse transformation de la forêt Appalachienne. Les bisons arrivent mais disparaissent vite avec l’arrivée des colons et des fermiers. En 1790, les colons sont plus nombreux que les Cherokee, mais migrent vers l’ouest après l’indépendance des Etats-Unis. 1830, les indiens sont pourchassés pour avoir combattus avec l’Angleterre durant la guerre d’indépendance, et déportés vers l’Oklahoma à l’ouest du Mississippi. Certains se réfugient dans les montagnes. Les chemins de fers font leur apparition en 1880. On constate alors une période de déboisement intensive et d’exportation du bois qui va durer 40 ans. Les trappeurs chassent de plus en plus pour vendre les fourrures vers l’Europe. Les Cherokee oublient leurs traditions et détruisent leurs moyens de subsistance. Le dernier loup est abattu dans les années 1920. Les réactions interviennent dès la fin du XIXeme siècle afin de sauvegarder le patrimoine de la forêt des Appalaches par l’intermédiaire de sylviculteurs qui encouragent au développement durable. La plupart des parcelles déboisées ont aujourd’hui repoussées et les cycles de vie sont toujours les mêmes. Cependant, les arbres n’ont plus leur majesté d’antan. On pouvait à l’époque récolter jusqu’à une demi tonne de glands par hectare. Les Cherokee dépendent de plus en plus de la culture américaine, mais ils persistent toujours pour que leur esprit demeure dans les Appalaches

Les Appalaches sont maintenant protégées par une importante législation. C’est notamment le cas du Parc régional des Appalaches, créé en 1997 dans la partie canadienne des Appalaches, qui "a pour objectif de développer des produits de plein air et d’aventure tout en favorisant la conservation, la mise en valeur et la promotion des sites naturels".

Sauvegarder l’avenir des forêts telle que celle des Appalaches revêt un intérêt pour l’humanité. C’est le devoir de chacun.





Vimont Mathieu

 
© Inforets 2007 - Vimont Mathieu - Tous droits réservés - Site développé avec SPIP hébergé chez Free