ii
accueil thématiques actualité plan du site contact
  photo flore liens
prive
 

 
> Aménagement
> Articles en Anglais
> Biologie végétale
> Botanique
> Dendrologie
> Dendrométrie
> Divers
> Ecologie
> Etude des stations
> Exploitation
> Jeux
> Législation
> Pédologie
> Sylviculture
> Technologie du bois
 
  :: Regroupement - Chapitre 1 : Le groupement forestier
:: Eaux potables et forêts protégées - The importance of forest protected areas to drinking water
:: Les rémanents d’exploitation
:: Le rôle des administrations locales dans la promotion de la gestion responsable des forêts
:: Déforestation
:: Le chène liège
:: Les Grands Erables
:: IFN-Instruction pour les mesures et observations de terrain des stations foretières
 
 
  > Institut de l’Information Scientifique et Technique
> FIBRA - Filière Bois Rhone-Alpes
> Job Filière Bois
> Apecita
> FCBA
 
 
   Exploitation
Les rémanents d’exploitation


« Ah ! L’exploitant vient de finir la coupe des bois que je lui avais désignés, parfait ! Mais que vais-je faire de toutes ces branches et autres débris d’exploitation présents sur le sol ?? »

Voilà la question que se posent certains propriétaires forestiers après avoir fait mener une coupe dans leurs propriétés. Et bien il existe des solutions pour retrouver au plus vite à un état propre des parcelles, prêtes à accueillir une nouvelle régénération pour les rentes futures.

1.Définition, étymologie et histoire

Rémanent : se dit de quelque chose qui perdure après la disparition de la cause qui l’a mis en place.

Rémanent : Vient du mot raméal ou rameau. Ce terme est employé à la base pour définir les branchages ou ce qui vient des branchages (débris, sections, ...).

Les rémanents, ces rebus d’exploitation sont souvent laissés à l’abandon par les exploitants à cause de leur faible valeur commerciale. Mais cela n’a pas toujours été le cas. En effet, au début de 20e siècle, tout était récupéré en forêt (pour le petit bois de chauffe souvent) ! Les branches étaient précieusement récoltées jusqu’à 3cm de diamètre. Entre cette mesure et celle de 17,5cm qui définie les premiers rondins (de grumes), il y a différentes catégories de bois.

2.Solutions actuelles

Aujourd’hui, les rémanents sont un problème très important. Les négociants en bois de chauffage n’en veulent pas car le produit ne rentre pas dans les normes de consommation actuelles. Alors, il existe différentes solutions radicales ou non. A vous de peser le pour et le contre avec les arguments proposés.

2.1 Tout d’abord, il faut les quantifier

Les rémanents peuvent représenter de 25% à 50% de la partie aérienne de l’arbre et donc correspondre à un volume très important sur une exploitation.

2.2 Ensuite, il faut solutionner le problème

Vous pouvez ne rien en faire. Certes cette solution est la plus simple mais elle peut entrainer une gène pour la circulation dans les parcelles, dans la réalisation des plantations ou de régénération naturelle, etc. Eparpiller les rémanents diminue l’impression de chaos qui règne dans une parcelle qui a subi une exploitation. L’aspect est plus homogène. Cependant, les rémanents peuvent mettre du temps pour se dégrader. Cette solution reste très économique mais peu réalisable en cas d’exploitations sur d’importantes surfaces. La mise en andain est réalisable mais a des pour et des contres. L’aspect paysager est très détérioré avec ce type de solution. Cependant, il reste un point positif qui est une conservation de la biodiversité.Le bois raméal fragmenté peut en effet servir de lieu d’habitation à des insectes saproxyophages et divers champignons.

La mise en tas ponctuels suit le même principe que les andains. La différence se perçoit dans l’aspect paysager qui reste plus sobre et qui perturbe moins la vision globale de la parcelle.

Brûler reste quelque chose de permis (selon les régions) même si cela apporte plus de contraintes que de solutions. En effet, le brûlage fait disparaître instantanément les rémanents en surface, mais il a des inconvénients : les minéraux issus des branchages brulés sont concentrés seulement sur une surface réduite et sont rapidement lessivés. Le sol une fois brulé reste infécond pendant plusieurs années et ne permet pas une régénération efficace de la parcelle.

Le broyage reste une solution pour le traitement des rebus d’exploitation. Cette technique permet par la suite une utilisation des produits déchiquetés : en panneaux agglomérés, papier, combustible, paillage des jeunes plants. Cette technique permet de conserver la fertilité du sol si les plaquettes ainsi obtenues sont laissées sur place. L’inconvénient est son coût, pas toujours accessible à tous les propriétaires.

(JPG)

Pour ce qui est de l’exportation du bois raméal fragmenté, sous forme de plaquettes (bois énergie par exemple) ou non, il est important de tenir compte de la richesse chimique initiale des sols. En effet, si sur sols suffisamment riche, l’exportation du BRF ne pose pas de gros soucis du point de vue de l’exportations d’éléments minéraux, il n’en va pas de même en sols pauvres, beaucoup plus sensibles et où des baisses de fertilité et donc de productivité pourraient être observées. N’a t’on pas par le passé épuisé des sols en pratiquant des coupes de taillis à trop courtes révolution ?

Quoiqu’il en soit,toutes ces techniques sont à mettre en place par temps sec car les risques sont moindres (hors incinération des rémanents suivant les régions). Travailler par temps beau est souvent plaisant. Aussi, s’il y a emploi de matériel type tracteurs ou autres engins forestiers, le risque de tassement du sol (qui limite la productivité d’une parcelle forestière) est quasiment nul.

3.Idée de valorisation

(JPG) Voici la solution qui semble la plus avantageuse : Tout d’abord, il faut inscrire dans les clauses du contrat de vente de la coupe que les rémanents doivent être mis en andains par l’exploitant. Ensuite, une fois ceci fait et que la coupe des bois est effectuée, il est souvent possible de, récupérer les rebus utilisables pour les besoins que vous leur trouverez (petit bois pour allumer le barbecue de cet été, plus gros morceaux pour faire partir le foyer de la cheminée et enfin, découpes de grumes utilisables directement dans la chaudière).
Puis, faire venir un tracteur muni d’un broyeur qui réduise les rémanents en « plaquettes forestières ». Une fois ces plaquettes réalisées, il est possible de les répandre au pied des jeunes semis pour créer un paillage afin de les protéger de la dessication (évaporation de l’eau du sol ) et de la concurrence herbacée suivant la période de l’année. Répandre ainsi ces produits permet un apport maximal et régulier de minéraux aux jeunes pousses qui formeront la future forêt.

Photo source : http://perso.numericable.fr/frsmolis/_frame/plaquettes.jpg

4.Conclusion

Le traitement des rémanents reste quelque chose de varié à l’heure actuelle et, il est possible de trouver des solutions autres. L’accent sera mis sur le point du contrat de vente qui peut permettre de limiter les travaux post-coupe des bois (voir 3.Idée de valorisation) Toutefois, il est recommandé de façonner chaque solution avec le contexte de la station et de la région. Pour terminer avec ce sujet, les perspectives d’avenir semblent bonnes pour tous ces rebuts d’exploitation avec le développement du bois énergie. Le BRF (Bois Raméal Fragmenté) semble un débouché très sérieux dans les années à venir. L’avenir nous le dira...

5.Bibliographie, sources

Notes de sortie dans le cadre de la formation à la Gestion Forestière, gestion des rémanents, 2006.

Définitions
Wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9manent
Ifremer : http://www.ifremer.fr/envlit/glossaire/index.php ?p=definition&num=1108

Lecture conseillée : DODELIN et al.(2007) - Les rémanents en foresterie et agriculture - Editions Tec &Doc, Paris, 186 p.



Cet article vise à guider les propriétaires dans la gestion de leur(s) propriété(s). Il à été réalisé avec le plus grand soin et il est possible qu’il soit incomplet. Vous pouvez y apporter vos commentaires. Errare humanum est, sed perseverare autem diabolicum. Merci de votre compréhension.

Pierre Fieux

 
© Inforets 2007 - Vimont Mathieu - Tous droits réservés - Site développé avec SPIP hébergé chez Free