ii
accueil thématiques actualité plan du site contact
  photo flore liens
prive
 

 
> Aménagement
> Articles en Anglais
> Biologie végétale
> Botanique
> Dendrologie
> Dendrométrie
> Divers
> Ecologie
> Etude des stations
> Exploitation
> Jeux
> Législation
> Pédologie
> Sylviculture
> Technologie du bois
 
  :: Regroupement - Chapitre 1 : Le groupement forestier
:: Eaux potables et forêts protégées - The importance of forest protected areas to drinking water
:: Les rémanents d’exploitation
:: Le rôle des administrations locales dans la promotion de la gestion responsable des forêts
:: Déforestation
:: Le chène liège
:: Les Grands Erables
:: IFN-Instruction pour les mesures et observations de terrain des stations foretières
 
 
  > Coopération pour un Renouveau Sylvicole
> INRA
> Bariteau
> Inventaire Forestier National
> FCBA
 
 
   Sylviculture
Fiche 9 : Régénération naturelle et plantation


La forêt n’a pas besoin de l’homme pour se régénérer. Le cycle normal de croissance, fructification, dégénérescence, permet aux jeunes semis de prendre la place des arbres morts naturellement, que ce soit de vieillesse ou par un événement climatique ou parasitaire. Dans une forêt de production, dont l’objectif est de récolter les arbres avant leur dépérissement (l’âge de récolte est généralement très largement inférieur à la moitié de la durée de vie naturelle de l’arbre), le maintien de semenciers de qualité est une priorité pour bénéficier de ce don gratuit de la nature.

Les avantages de la régénération naturelle sont nombreux. Par exemple, elle préserve le patrimoine génétique local ; elle est suivie de travaux qui perturbent peu le sol (pas ou peu de travaux mécanisés). Elle peut être plus ou moins facile à obtenir en fonction de l’existence de semenciers et d’une ambiance forestière, ainsi que des qualités du sol.

La plantation est une méthode artificielle, qui introduit un nouveau patrimoine génétique. Celui-ci peut améliorer la qualité de la production, mais peut aussi se révéler peu adapté à la station où il est installé. Le recours à la mécanisation est généralement indispensable dans les plantations en plein en vue de diminuer les coûts. Or les aides publiques faussent le calcul économique et donnent parfois une rentabilité trompeuse. De plus, la mécanisation croissante (travail du sol, entretien...)contribue à la dégradation des sols par tassement, surtout si l’on a recours au bull ou à la pelleteuse à chenille, et que des remontées du plan d’eau apparaissent.

En intégrant les conséquences écologiques et le coût global (direct plus aide public) de la plantation ou de la régénération naturelle, il est clair que l’on gagne souvent davantage à "accompagner la nature" plus qu’à "hâter son oeuvre".

(JPG)
Source : WWF France - www.wwf.fr





Vimont Mathieu

 
© Inforets 2007 - Vimont Mathieu - Tous droits réservés - Site développé avec SPIP hébergé chez Free